Journée Marmiton par le Barbu

Loading Likes...
Le barbu ayant été ravi de cette journée, il m’a activement demandé si il pouvait écrire un mot sur cette dernière ! Alors voici son petit mot (ou plutôt roman ^^) :
Une journée en enfer… pour le bidou ! La Farfadette m’ayant préparé au déroulement de cette journée, je savais – un peu – à quoi m’attendre, et mes intestins s’en souviennent encore ! Des dégustations sucro–amero-acido-salées de 10h à 19h, le voilà le programme !
D’entrée de jeu, les hôtes donnent le ton en proposant un volumineux sac marmiton, contenant boissons et mouchoirs parfumés (un paquet à la mangue, un autre plus conventionnel à la menthe verte). Dans la grande salle, la bonne humeur est palpable. Les bonnes odeurs aussi. C’est parti pour le premier atelier, dirigeons nous vers les activités proposées par Seb. La marque séculaire nous invite à préparer une demi-douzaine de variations autour de la frite, tout ceci à l’aide de la dernière innovation : l’Actifry.
Pour la Farfadette et moi-même, ça sera potatoes tex-mex. Un classique revisité, édulcoré par une pléthore d’épices. Mais les quelques calories perdues à découper les cucurbitacées seront bien ridicules face à ce qui sera ingurgités dans la demi-heure qui suivra : patates douces (bonus poivre niveau 4), carottes, frites classiques… À 10h30, les papilles et le système digestifs sont déjà prévenus ! Dans cette journée décousue, on ne peut pas franchement parler de “l’heure du dessert”, mais ma gourmandise me pousse à tout de même profiter des frozen yoghurts proposés par la marque.
À peine sortis de ce premier atelier pratique, la marque Cointreau recherche encore 2 volontaires pour son atelier qui commence dans 2 minutes. Ma foi, pourquoi refuser ? En compagnie de Stéphane Glacier, meilleur ouvrier de France, et d’un assistant, nous voilà en train d’apprendre à concocter des gambas au Cointreau et des pommes cuites dans le même alcool. Vous l’imaginez, les recettes n’ont rien de compliqué, et pourtant, ces chefs savent vous retransmettre des dizaines d’astuces et conseils pour réussir ses cuissons, ses préparations et ses finitions. On déguste… on redéguste… et on repart, chacun avec une bouteille de Cointreau en guise de souvenir (attention à l’abus d’alcool, bla blabla…).
C’est le moment de faire une pause. Pause ne rime pas avec smoothie, mais on s’en fait deux, tant pis ! Concombre, menthe, avocat, bananes, carottes, noix de coco, orange… plein de délicieuses combinaisons que j’affectionne particulièrement. Ces smoothies à la demande avaient pour mérite de casser les idées reçues auprès de ceux qui ne connaissaient pas encore la variété de parfums possibles… pour le plus grand plaisir de nos papilles affûtées.
Fin de la mi-temps. Ma Farfadette avait la ferme intention d’assister au cours du renommé Chef Simon, alors ne la décevons pas et squattons les places en avance. Oui, les places sont chères. Elles sont gratuites, mais elles sont chères, car les conseils et la bonne humeur de Chef Simon n’ont pas de prix (pour tout le reste, il y a ta carte bleue). Le Chef nous proposait de réaliser une pavlova complète,  en quelques dizaines de minutes, et intégralement à la main, s’il vous plaît ! Oui, car si Chef Simon nous a bien transmis une chose, c’est bien le goût pour la simplicité et l’efficacité. Deux œufs, du sucre, et deux mimines : c’est parti pour les meringues. De la crème qui traîne, des jaunes d’oeufs en trop ? Et si on s’faisait la chantilly maison et sa copine la crème anglaise ? Et croyez-moi, en 30 minutes, vous apprenez énormément, non sans ironiser sur les émissions pseudo-culinaires à destination des pâtissio-cuistos en herbe (mais coupée vraiment très courte et pas très verte, cette herbe !). Bref, une pavlova faite avec amour et surtout avec Chef Simon, comment se rater ?
L’heure tourne, nos bidous ont beau crier “stop”, nos bouches disent “encore”. On déambule et on fait des bulles ; ou du moins, on essaie, car l’atelier Bubble Tea est plein à craquer. Tant pis, on s’essaie au mug-cake, cette mode de faire des insta-gâteaux dans des tasses à coup de  four à micro-ondes. Une véritable hécatombe, et encore le mot est faible ! Demandez donc au four, il s’en souvient encore. Je vous laisse seuls juges, en images :
On finit la journée, tenant le choc à coups de cafés, sur une note plus artistique : le cakedesign. Ces travaux pratiques dirigés par Morgane Sirguey nous amènent à créer un joli soleil enfantin, découpant patiemment mais avec entrain une multitude de pâtes à sucres aux couleurs différentes.
Je vous passe les détails sur les ratés de cette journée, car il n’y en a pas. Je vous passe les détails sur toutes les (bonnes) petites surprises ici et là dans la journée, car elles sont trop nombreuses (dégustations de pizzas, de crumble à la courgette, etc.).
Monsieur Marmiton, si d’aventure tu ne saurais que faire pour l’an prochain : dans le doute, fais la même chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge